Le point de vue de Charles Faroux sur l'automobile de 1921

1919 - 1921 La Citroën Type A

L’âge de la tôle et du nickel: Les Vintages

Type a

L’âge de la tôle et du nickel: Les Vintages

L’essence et les matières premières sont chères. Mais pour rebondir, l’industrie européenne anéantie par la guerre s’organise en série, enrichit ses méthodes de fabrication, se taylorise, réduit le nombre de modèles.

André Citroën

Au lendemain de la guerre, André Citroën n’était pas un novice en automobile.

En 1913, il relevait la firme Mors qu’il équipa de gros moteurs sans soupapes Minerva-Knight.

Il fondait aussi la firme des engrenages à chevrons.

La Type A

En lançant la Type A, en juin 1919 une automobile « Prête à rouler», c’est une révolution commerciale qu’André Citroën met en place : Réseau de distribution et d’après-vente, pièces de rechange, crédit, signalisation routière, taxis, jouets…
La type A, dite 10cv,  est inspirée de la Zèbre de Jules Salomon, inventeur de la voiture légère.
Son prix de lancement, 7 950 francs, est exceptionnellement bas pour l’époque.

La Type A est dotée d’un moteur 4 cylindres, 1 327 cm3 très économique, ne consommant que 7,5 litres d’essence aux 100 km. 18 ch réels à 2100 tours/minute, 8CV fiscaux, boîte trois vitesses. Elle atteint facilement 65 km/h en paliers.

Torpédo 3 portes, 3 et 4 places, conduite intérieure 3portes, 3 et 4 places coupé de ville.
Dès la fin de l’année 1919, apparaissent les premiers véhicules utilitaires : sur châssis de Type A, un fourgon-plateau de 300 kg de charge utile.

Elle est produite à 28.400 exemplaires de 1919 à  1921.
En 1919, du n° 1 à 2.500
En 1920 du n° 2501 à 22.700
En 1921 du n° 22.701 à 28.400
Pendant 10 ans elle donna une longue lignée de 10cv, les B2 – B12 et B14 10cv.

En 1921 Charles Faroux écrivait :

« Nos constructeurs ont compris rapidement que leur programme devait avant tout être utilitaire et que les acheteurs demandaient un véhicule léger, pratique, économique de consommation et d’entretien, apte au besoin à tous usages : circulation urbaine et grand tourisme. C’est une voie dans laquelle Citroën s’engagea le premier : il y a rapidement réussi … En moins de trois ans, André Citroën a conquis sur le marché automobile une situation prépondérante. Il a travaillé fiévreusement, il a livré, dans des circonstances très difficiles, une quantité incroyable de 30.000 voitures, et, parallèlement à cet effort de production, il a mené une campagne extraordinairement active quant aux manifestations publiques de tout ordre : salons, expositions, courses et concours. Je ne puis pas m’empêcher de penser que la ligne de conduite de Citroën est probablement la meilleure et qu’il y aurait tout intérêt à ce qu’elle devint la règle dans une industrie qui peut d’ailleurs s’enorgueillir d’avoir dans ses rangs plusieurs hommes d’une valeur exceptionnelle. »

RETOUR à 1919 "La naissance de Citroën"

ALLER à 1920

Date de dernière mise à jour : 17/10/2020