CITROËN aux 24 Heures du Mans

Une trop petite histoire...

Les premières 24 heures du Mans sont organisées en 1923 par Georges Durand, mais elles furent précédées par le Grand Prix de l’ACF, le Grand Prix de la consommation, organisé par L’Automobile Club de L’Ouest dès 1920. C’était une course économique à grande vitesse qui a lancé plusieurs marques de premier plan de l’époque Citroën, Mathis, De Dion-Bouton, Chenard et Walker, Bignan, Grégoire, La Buire et Avions Voisin. Les modèles de production étaient équipés d’un réservoir de carburant spécial dont le volume était calculé selon une formule qui tenait compte du poids du véhicule, de la capacité du moteur et du type de carrosserie.

Citroën aux Grands Prix de la Consommation du Mans

Le second GP du 22 mai 1921 fut remporté par Milcent sur une 10HP Citroën. Elle réalisa 3,84 litres/100 km et l’emporta devant les 43 autos engagées.

1921 Milcent sur Citroën Grand prix de la consommation au Mans roll 66288

La troisième place revint à Poulain sur Citroën 10HP et la 7ème à Barbier sur Citroën 10HP. Les Mathis finirent aux 2nd, 4ème, 5ème et 6ème places. Les Avions Voisin à la 8ème et 11ème place.

Le résultat du concours fut jugé par une formule compliquée qui comprenait le poids total et la vitesse moyenne ainsi que la consommation de carburant.

Au 3ème Grand Prix de la consommation, le 28 mai 1922, c’est Poulain sur 10HP Citroën équipée d’un carburateur SOLEX qui remporta la 1ère place avec 3,495 litres/100 Km à la moyenne de 40,8 Km/h.

1922 poulain sur citroen 10hp 2

Barbier, et Labaume pilotaient deux autres Citroën 10HP.

Citroën aux 24 Heures du Mans

C’est en 1932 que l’on voit la seule Citroën qui ait participé aux 24 heures du Mans !

Elle était présentée par l'équipage Charles Wolf et Henri de la Sayette, 27 ans. Le 18 juin 1932, il fait très chaud, à 16 heures, et Henri de la Sayette, dans le stand de la voiture n°19, observe Charles Wolf en train de terminer les réglages avant de démarrer la Citroën « C4 torpédo surbaissé ». « Puis ils s’élancent vers le premier virage. Charles, pas très rapide pour rejoindre sa voiture, démarre assez vite et sa voiture a une bonne position. La poussière est épouvantable. Dans le troisième tour, dans les « Hunaudières  », tout d’un coup, un click et un bruit sourd, dans le moteur en pleine charge, la voiture commence à avoir des ratés, avance en roues libres pour s’arrêter sur le côté de la piste et Charles saute hors de la voiture. Des hommes arrivent pour l’aider, mais il est le seul à avoir le droit de toucher au moteur de la voiture. Il défait les sangles et ouvre la capot – désastre – la magnéto est cassée
Il n’a rien pour réparer ou pour la remplacer ! Complètement découragé, il autorise les hommes à pousser la voiture dans le champ, pour la sortir du circuit, et s’assoit sur le sol atteint d’un mélange d’adrénaline et de fatigue. Ainsi se termine la course et les rêves d’Henri de la Sayette et de Charles Wolf.
Cette année-là, neuf voitures sur 32 terminèrent les 24 heures du Mans.

 

1932 citroen c4 le mans

Prise au stand n°19, cette photo du patrimoine Citroën nous donne des informations sur les principales modifications de cette C4. Carrossée en torpédo, elle n’a rien de la carrosserie d’origine : Les ailes, l'assiette, le saut de vent, le radiateur, les hauteurs du capot, de l'auvent et de la ligne de caisse, les phares, l'arrière arrondi, les couleurs, sont originaux…
 

Cette illustration nous donne de précieuses informations. Nous y découvrons une suspension et une garde au sol (estimée à 110mm),  surbaissées d'au moins 50mm. Les carénages de châssis sont hauts de 220mm. Ses flancs de caisse, son poste de conduite, sont descendus d'environ 300mm (l'auvent d'origine mesure 795mm en Yo, celui-ci probablement 500 mm!). Il semble que l'implantation du moteur soit plus basse de 100mm pour conserver une garde entre la tête de magnéto et le capot…
 

Côté technologie, c’est TRACTA qui inaugura la première traction avant monocoque aux 24 heures du Mans le 18 juin 1927 ! Une TRACTA pilotée héroïquement jusqu’à l’arrivée par Jean Albert Grégoire.

En 1972, Guy Verrier entreprit d’engager une SM aux 24 heures du Mans avec le soutien de Total. Mais elle ne parviendra pas à se qualifier. A découvrir sur CitroRacing

Ainsi se résume la petite histoire de Citroën aux 24 heures du Mans.

Date de dernière mise à jour : 22/08/2021