Le marché des véhicules d'époque

L’enquête socio-économique 2020-21 de la FIVA - FFVE

Logo enquete ffve fivaL’enquête socio-économique 2020-21 sur les véhicules d’époque de la Fédération Internationale des véhicules Anciens fut menée auprès des clubs et des professionnels.

Découvrez les résultats détaillés sur :Enquêtes FIVA FFVE 2021Enquêtes FIVA FFVE 2021 (3.1 Mo)

RESUME

En 2020, la France compte 1.000.000 de véhicules anciens roulants, soit 2,5% du parc roulant français, 400.000 circulent avec des Certificats d’Immatriculation Collection (CIC), soit 1% du parc roulant français. Ils appartiennent à 400.000 collectionneurs et génèrent 4 milliards d’€ de chiffre d’affaire annuellement.

Résultats généraux FIVA

Les collectionneurs de véhicules d’époque

Les collectionneurs de véhicules d’époque sont principalement des hommes âgés de 58 ans en moyenne, 25% de ces collectionneurs a moins de 50 ans,  plus de 50% sont actifs, 30% roulent en yougtimers, 65% vivent à la campagne, 60% sont membre d’un club, plus de la moitié d’entre eux utilisent Facebook et les 2/3 Youtube.

Hors achat du véhicule, chaque propriétaire consacre annuellement 3085 € / véhicule pour leur dépenses directes (assurance, maintenance, réparation, garage, carburant, entretien et restauration) et 853 € pour participer aux événements, activités, hébergements …

Les voitures d’époque

En France, Citroën est la marque la plus représentée avec près de 30% du parc, devant Renault 15% et Peugeot 11%... L’âge moyen d’un véhicule d’époque est de 52 ans (1968), sa valeur de 21 680 €. En moyenne une Citroën vaut 14 300 €. Plus de 80% sont dans leur état d’origine et 10% à restaurer.

Chaque voiture de collection immatriculée parcourt annuellement 1071 km.

Resultats FIVA Véhicules

Les clubs de véhicules d’époque

Les clubs sont ou seront confrontés aux restrictions de circulation (83%), au manque de volontaires bénévoles pour prendre des responsabilités dans les comités d’administration (52%), à l’auto phobie grandissante de l’opinion publique (42%), et à l’approvisionnement de carburant (26%).

De nombreux clubs espèrent attirer davantage d'adhérents et constatent l’augmentation de l’âge de leurs membres. Un club sur quatre propose des activités adaptées aux membres plus jeunes. Plus de 50% des clubs ont moins de 50 adhérents. Ces membres participent aux sorties, aux rencontres, aux compétitions et aux bourses.

Les clubs proposent un large éventail de services : site internet, conseils techniques, réseaux sociaux, newsletter, magazine interne, service d’archives et de bibliothèque…

Si le revenu annuel moyen d’un club est de 23 000 €, 6 clubs sur 10 fonctionnent avec 10 000 € ou moins. Les cotisations représentent près de la moitié des recettes et les manifestations plus d’un quart.

Resultats FIVA Clubs

Professionnels et le marché des véhicules d’époque

Il s’agit d’entreprises industrielles et commerciales, d’organisateurs d’événements et de musées. 40% d’entre elles ont plus de 10 ans, elles emploient 6 salariés avec un CA annuel moyen de 520 K€. Quatre entreprises sur dix exportent, 40% prévoient une augmentation de leur CA dans les 5 ans. Elles ont du mal à recruter et 60% d’entre elles prévoient d’offrir des contrats d’apprentissage.
Leurs futurs défis majeurs :
Les réglementations affectant l’utilisation des véhicules
La difficulté à recruter du personnel    
L’évolution de l’opinion publique sur la question environnementale
Les réglementations affectant les pratiques commerciales
La réglementation liée à la pandémie de Covid-19

Resultats FIVA Professionnels

CONCLUSION

Malgré le COVID-19 et le recul de toutes nos activités associatives, les résultats de ce sondage sont encourageants.

La prochaine enquête tiendra probablement compte de la révolution sociale et technique de la mobilité, des effets du Block Exemption Regulation* orchestrés par le parlement européen. Nous en verrons les résultats en juin 2023 avec les nouveaux réseaux de dsitribution dont  Stellantis, et la reditribution des emplois dictée par la disparition des moteurs thermiques.  

Par ailleurs, l’enquête n’aborde ni le diagnostic, ni l’approvisionnement, ni la réparation des « Hard & Soft » de nos youngtimers électroniques. C'est un objectif de taille pour nos professionnels.

Le Groupe de véhicules historiques du Parlement européen, soutenu par la FIVA et la FFVE, devra défendre les intérêts des véhicules d’époque, des collectionneurs, des clubs et de leurs professionnels.

* Règlement d’exemption par catégorie de l’UE.

Date de dernière mise à jour : 01/08/2021