1932 - La Citroën Rosalie 1932 - Le moteur flottant Citroën 1932 - 1933 Les Citroën à carrosseries spéciales

1932 - La Croisière Jaune Citroën

1932 L'environnement mondial de Citroën

Le président français Paul Doumer est assassiné; Albert Lebrun lui succède à la présidence de la République, (1932-1940).

Salazar prend le pouvoir au Portugal et s’y maintiendra jusqu’en 1974.

En URSS les terres sont collectivisées.

C'est la première émission télévisée en France.

On élabore le vaccin anti-coqueluche.

Les américains mettent au point le premier radiotélescope.

James Chadwick, Irène et Fréderic Joliot-Curie découvrent le neutron.

Ernest Lawrence construit le premier cyclotron.

Céline écrit «Le voyage au bout de la nuit», Henri de Monfreid publie «Secrets de la mer Rouge» et Aldous Huxley «Le meilleur des mondes».

L’Entreprise
D’avril 1931 à février 1932, troisième mission Haardt-Audouin Dubreuil : la Croisière Jaune. Quarante hommes et quatorze autochenilles parcourent 12 000 km de Beyrouth à Pékin par l’Himalaya, le Désert de Gobi et la Chine en révolution.
Production annuelle: 41348 véhicules.

1932 c4 roadster grand luxe

LES MODELES
En avril, les C 4G, et C 6G, équipées des premiers moteurs flottants à fixation souple pour éviter les vibrations. Le symbole en est un cygne voguant entre deux chevrons.
Sortie au Salon de Paris de l’élégante 8 CV à la carrosserie mono pièce, encore plus résistante que la tout acier (capable de supporter un car et ses 22 passagers). Elle passera dans l’histoire de l’automobile sous le nom de Rosalie. Moteur flottant 1452 cm‘, 32 ch à 3200 tr/min, 8 CV. Boite 3vitesses dont 2 synchronisées, 90 km/h, 9l/100 km. Torpédo, berline, coach 2 et 4 places décapotable ou non. D’octobre 1932 à janvier 1935, 38.835 exemplaires.
1932 rosalie

La 10 succède à la C 4. Plus robuste, son moteur sera le dernier à soupapes latérales. 1767 cm3, 36 ch à 3200 tr/min, 10 CV. Boite 3vitesses, 100 km/h, 9l/100 km. Berline, cabriolet et faux cabriolet 2 et 4 places avec spider ou malle, coach décapotable ou non: une large gamme de carrosseries spéciales. D’octobre 1932 à janvier 1935, 49.249 exemplaires.
La 15, aux caractéristiques identiques à celles de 8 et 10, remplace la C 6G. Moteur flottant à 6 cylindres, 2650 cm3, 56 ch à 3200 tr/min, 15 CV. 100 km/h, 14 l/100 km. Cinq nouveaux types de châssis. Berline, conduite intérieure, torpédo, familiale, coupé de ville, et une large gamme de carrosseries spéciales, coaches et cabriolets. D’octobre 1932 à janvier 1935, 7228 exemplaires de la 15 seront fabriques.

1932 - 1933 Les carrosseries spéciales

Société Industrielle de Carrosserie Automobile de Levallois S.I.C.A.L.

La S.l.C.A. ou Société Industrielle de Carrosserie Automobile, installée 15, rue Rivay, fabriquait et transformait déjà en 1926 quelques carrosseries dans son atelier de Levallois.

Manessius, grande société de carrosserie, initialement installée à l'angle de la rue et de la place Baudin, possédait déjà en 1926, plusieurs usines à Levallois :

- 104, rue Danton,

- 219, rue des Arts,

- 18-22, rue E-Cognac.

et deux à Puteaux :

- 22-26, rue Roussel,

- 21-25, rue Rocque de Fillol.

La direction et les services commerciaux s’installèrent en 1928 à Levallois, en face de leur usine du 104, rue Danton, c'est-à-dire au 99, rue Danton dans un immeuble construit en 1928 par l’architecte Besnard.

Au début de 1932, la société Manessius racheta la S.l.C.A. qui vint installer ses ateliers au 137-153 rue Danton, et son siège social évidemment au 99, rue Danton, sa raison sociale devenant, en même temps, la Société industrielle de Carrosserie Automobiles de Levallois : S.l.C.A.L.

Le directeur de cet ensemble commercial était un homme de talent et de goût, qui avait été d'ailleurs longtemps collaborateur chez Citroën, M. Charles Chateau. ll réalisa en 1932 sous le nom de S.l.C.A.L. une série de « coachs » qui connurent un énorme succès. Un coach C6 était une voiture luxueuse large, vraiment différente de la série et bien des clients difficiles se décidèrent de ce fait.

Ces coachs, encore que le terme soit impropre existèrent en deux versions : à toit rigide ou décapotable; ils équipèrent également des châssis Chenard et Walker, Delahaye et Licorne. Il fut également incorporé à la gamme C6G une berline « Toutalu » réalisée chez Million-Guiet (brevet de Viscaya).

Puis lorsque Citroën arrêta la C6 pour fabriquer la 8-10-15, la société suivit le changement et fabriqua ces coachs non plus seulement sur le haut de gamme, mais sur toute la gamme, c'est-à-dire sur 8, 10 L, 15 L, 10 et 15, la caisse étant la même sur les trois premières et plus large sur les deux dernières. En octobre novembre 1932, ces fabrications furent vite remplacées par la série 2 qui se différencia principalement par le haut de pare-brise arrondi et le volet de capot incliné. Nous n'aborderons pas ici les différente malles, vu le grand nombre de différences de l'une de l'autre.

En 1933-34, la Société  Manessius redessina une série de cinq modèles alors appelés coach Manessius et Million-Guiet créa deux coachs Toutalu.

En 1934, la société S.l.C.A.L. disparut commercialement parlant et SICAL n'apparait plus au catalogue Citroën. En mai 1934, les Manessius et Million-Guiet furent équipées de la suspension avant à roues indépendantes et barres de torsion type Traction.

Manessius disparut vers 1938 et c'est la Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie Automobile (S.l.M.C.A.) qui utilisa les locaux.

La fin 1934 marqua l'arrêt de la collaboration entre Citroën et les carrossiers. Il n'y eut pas d'autres voitures carrossées à l'extérieur avant les cabriolets DS Chapron.

D'après un article "Club Citroën France" de juillet 1987 signé Jérôme DEMERLIAC

RETOUR en 1931

ALLER à 1933

Date de dernière mise à jour : 09/10/2020